www.canon-photo.net
Galerie de photographies    
100% Reflex Canon par Indigene    
reflex Canon
Galerie Canon Photo Free, reflex numériques et argentiques
 NOUVEAUTES  
 Animaux
 Oiseaux
 Le Beaujolais
 La Bourgogne
 La Camargue
 Nîmes et le Gard
 La Vendée - Noirmoutier
 Ile d'Yeu
 La Champagne
 Troyes - Lac d'Orient
 Strasbourg - L'Alsace
 La Suisse
 Le Nord
 La Sologne
 Le Roussillon
 Carcassonne
 Vaison-la-Romaine
 Portraits - Personnes
 Modèle - Charme - Studio
 L'Ardèche
 Sport
 Reportages
 Architecture - Villes
 Macro-photographie
 Paysages divers
 Objets - Natures Mortes
 Oeuvres d'art
 Voitures - Véhicules
 Les favorites de l'auteur
 Noir et Blanc

 Histoire de la Photo
 Foires à la photo 2007
 Foires à la photo 2008
 Cote reflex Canon
 Cours de photo
 Droit à l'image
 La séance de poses
 Photographie numérique
 Fiches bricolage photo
 Historique du site
 Echange de liens

 La Série R
 La Série FL
 Les Canon FD
 La Série A
 La Série T
 Les premiers EOS
 Le «Rebel»
 Les années 90s
 Les derniers argentiques
 Les premiers numériques
 Les reflex numériques
 Les derniers numériques
 Les appareils spéciaux

 Blog Canon
 Infos en direct par flux RSS

Connexion
Services Gratuits

  Rechercher une photo :
 Rechercher un objectif


Le site photo du jour
Le site photo du jour
inscription



Liens publicitaires

 
parcourir : galerie > Animaux > Animaux sauvages
Fiche Photo

Photo précédente

Tigre du Bengale

Photo suivante


Tigre du Bengale




Tigre du Bengale
Le tigre du Bengale, un animal solitaire mais aussi une espèce menacée.

Adulte à 5 ans, un tigre peut vivre environ 40 ans. son aire de répartition s'étend de la Sibérie jusqu'à l'Inde, la Malaisie, Sumatra et Java. 40 % des tigres du monde vivent en Inde.

Il existe même un tigre de la Caspienne, dont la couleur de fond et les rayures sont brunâtres. Ce phénomène de mimétisme joue d'ailleurs pour toutes les races.


Boitier : Canon EOS 300D. Août 2005, Loire-Atlantique.

Temps de pose : 1/500 sec
Ouverture : f4
Sensibilité : 200
Focale : 200 mm
Objectif : Tokina AT-X Pro 80-200 f2.8 constant
Prise de vue en RAW

Voici la copie d'une article de Julien Bouissou publié dans le journal Le Monde, édition du 27 décembre 2007 :

C'est un déplacement peu ordinaire que viennent d'effectuer, pour la première fois, les 80 élèves de la prestigieuse école indienne des officiers de police. Tous se sont rendus, en costume cravate, dans un parc naturel aux pieds de l'Himalaya, pour apprendre auprès des gardes forestiers les rudiments de la lutte contre le braconnage.

"La disparition d'un certain nombre d'espèces relève du crime organisé, surtout dans le cas du tigre", justifie Anu Nagar, responsable de la formation. Il ne resterait plus que 1 500 félins en Inde, contre 40 000 il y a un siècle, selon les chiffres du gouvernement. Le pays, qui abrite la plus large population de tigres au monde, porte une lourde responsabilité dans la sauvegarde de l'espèce.

Chez le tigre, rien ne se perd, tout se vend. Du pelage aux dents, en passant par les testicules, les organes sont très prisés en Chine, le pays voisin, notamment pour fabriquer des potions aphrodisiaques, ou même de la poudre d'os, un remède utilisé en cas de fracture. Une carcasse ou une peau de tigre est vendue en général 4 500 dollars (3 100 euros) aux intermédiaires. Une petite fortune pour un villageois, une bouchée de pain pour un intermédiaire qui peut en obtenir 50 000 dollars (35 000 euros) au marché noir en Chine.

La technique du braconnage est simple. Un piège dissimulé sous des branchages immobilise le tigre en le blessant à la patte. Les braconniers n'ont plus qu'à le tuer, par la gueule, afin de ne pas abîmer son pelage. En Inde, 50 félins trouveraient ainsi la mort chaque année. "Avec de nouvelles techniques comme les détecteurs de métaux et les caméras infrarouges, nous espérons enrayer le phénomène, mais c'est surtout en s'attaquant au vaste réseau de contrebande que nous pourrons sauver les tigres", souligne Samir Sinha. Le directeur de l'ONG Trafic India reconnaît la complexité de la tâche : "La plupart des têtes de réseau n'ont jamais mis un pied dans une forêt et dissimulent leurs opérations derrière des activités légales de transport."

C'est à New Delhi, un endroit idéal pour passer inaperçu grâce à ses 15 millions d'habitants, que les trafiquants opèrent. Les clients, venus de Chine ou du Népal, visitent les petits ateliers pour choisir les peaux qu'ils signent au dos, une fois la vente conclue. Ce sont ensuite des femmes, appartenant à des tribus du nord de l'Inde réputées pour leur savoir-faire en matière de chasse au tigre, qui transportent les peaux et les carcasses. Grâce aux signatures, et aux renseignements récoltés par des informateurs, des réseaux ont pu être démantelés. Le 4 décembre, la police a annoncé l'arrestation de quinze trafiquants, dont Shabbir Hasan Qureshi, connu pour être à l'origine du quart du trafic de tigres en Inde.

La lutte contre le braconnage passe également par la mobilisation des communautés villageoises. Et la tâche est difficile, car les félins font de nombreuses victimes en raison de l'urbanisation rampante et de la construction illégale d'habitations dans les parcs naturels. "Avec seulement 2 % de la superficie du globe, l'Inde concentre 20 % des hommes et 40 % des tigres de la planète, ce qui pose un problème de cohabitation", constate Samir Sinha.

Depuis le début de l'année, quatorze villageois ont été tués par des léopards ou des tigres dans l'Etat de l'Uttarranchal. "Il est difficile, dans ces conditions, de défendre le tigre", admet M. Chandola, responsable de la protection animale dans cet Etat du nord de l'Inde.

Après l'attaque d'un tigre, des brigadiers sont immédiatement envoyés pour calmer la population. Les familles sont dédommagées à hauteur de 1 800 euros par adulte tué, 900 euros si c'est un enfant.

"Auparavant, le sentiment religieux imposait le respect vis-à-vis de la nature et des tigres. Aujourd'hui l'intolérance est croissante", constate M. Chandola, avant de conclure, un brin amer : "Il n'y a guère que la construction de barrières électriques autour des villages qui puisse préserver les tigres, en même temps que les populations."






Information


Cette photo est présentée dans la galerie photos du site http://www.canon.photo.free.fr dans l'album Animaux sauvages : Les animaux d'Afrique et d'ailleurs
Suivez le lien pour découvrir les autres photos de la galerie Animaux sauvages



Images aléatoires
photo Visage d'une jeune fille
Visage d'une jeune fille
photo La libellule orange
La libellule orange
photo L'abeille et le romarin
L'abeille et le romarin
photo La plage à Port Barcarès
La plage à Port Barcarès



http://www.canon-photo.net
 

[reflex canon]   [canon eos]   [reflex numérique]   [galeries canon]   [docs]   [news canon]   [blog]   [liens]   [partenaires]   [contact]

(c) Indigene 2013 - Toute reproduction, même partielle,
du site ou de son contenu est interdite


© http://www.canon-photo.net 2013. Tous Droits Réservés.
Missions mainframe en entreprise - webmastering - référencement professionnel